People.Data.Action. Tel est le slogan de NGP VAN. NGP VAN ? C'est le nom de l'entreprise qui, aux Etats-Unis, participe à "nearly every campaign", si celle-ci sert une bonne cause. Sur la liste des clients de ces "do-gooders" (selon la formule originale de NGP VAN) figurent Barack Obama, diverses villes et toutes les grandes ONG américaines.

L'activité principale de NGP VAN est la collecte de données. Quoi que vous et moi fassions en ligne, NGP VAN collecte ces données et les combine pour créer un psychogramme et un profil d'activités. La fiche personnelle affiche en haut à gauche une photo circulaire de vous, votre numéro de téléphone et vos comptes de médias sociaux. Suivent trois onglets de données : les détails de vos contacts sociaux, votre biographie et vos revenus. Les données sont rassemblées à partir de 97 applications de médias sociaux consultées quotidiennement, sur lesquelles vous laissez probablement vous aussi quelques traces de temps en temps. Le psychogramme ? C'est très simple : la manière dont nous écrivons et sur quoi nous écrivons révèle qui et ce que nous sommes. Quelques tweets ou posts, et un algorithme veille à ce que votre profil de personnalité atterrisse lui aussi dans une fiche quelconque.

A propos des fiches : Un nouveau scandale des fiches devrait donc potentiellement éclater. L'automne dernier, le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) a déjà mis en garde le gouvernement fédéral contre le "social matching", nom officiel de l'exploration et du fichage des activités et des profils sur les médias sociaux. Les partis politiques collectent et fichent nos données, les entreprises, les services gouvernementaux, les organisations à but non lucratif.

Pour des raisons de protection des données, c'est discutable, voire délicat. On peut toutefois douter que les fiches numériques du 21e siècle aient la même force explosive que celles tapées à la machine à écrire du 20e siècle. Le fait que les applications collectent toutes sortes de données sur nous tout en nous laissant dans l'ignorance de ce qu'il advient de ces données est devenu une normalité - ce qui, en soi, serait à nouveau un scandale...

Prof. Dr. Stefan Gürtler
Chargé de cours en communication
Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse
Haute école d'économie
[email protected]

Logo de la FHNW Publié dans Protection des données, Numérisation

Laisser un commentaire