Base de données des fondations en Suisse - Pourquoi une base de données des fondations est-elle nécessaire en Suisse ? Il n'existe pas de registre public de toutes les fondations d'utilité publique. L'Etat ne le propose pas. Seul un répertoire de toutes les fondations placées sous la surveillance de la Confédération est exploité. Les fondations d'utilité publique placées sous la surveillance des cantons ou des communes n'y figurent toutefois pas. Les fondations sous surveillance ecclésiastique n'y figurent pas non plus. Fundraiso.ch a commencé à enregistrer toutes les fondations d'utilité publique en 2014. C'est la première plateforme à proposer toutes les fondations de cette manière. Le site www.stipendium.ch gère une base de données similaire sur les bourses d'études, mais sa thématique ne dépasse pas le thème de la promotion de l'éducation.

Base de données des fondations en Suisse

A qui s'adresse la base de données des fondations en Suisse ?

De nombreux groupes cibles ont besoin d'utiliser une base de données des fondations. De nombreuses fondations disposent d'un patrimoine qu'elles utilisent à des fins d'utilité publique. En conséquence, les organisations d'utilité publique ou d'autres bénéficiaires potentiels de ces fonds s'intéressent aux différentes fondations. Les juristes et les fiduciaires font souvent office d'administrateurs de fondations. Une base de données les aide à trouver de nouveaux clients. Les gestionnaires de patrimoine s'intéressent également aux fondations, car celles-ci représentent des clients potentiels. Les différentes associations de fondations utilisent une base de données des fondations pour trouver de nouveaux membres potentiels. Enfin, un annuaire des fondations est également utile pour chaque fondation individuelle, car il permet de trouver facilement des partenaires potentiels ou des personnes partageant les mêmes idées. Des synergies, des projets communs et une augmentation de l'efficacité du secteur des fondations en Suisse sont finalement les conséquences d'une base de données des fondations de haute qualité.

Quels sont les défis que la base de données des fondations de fundraiso apporte aux fondations ?

Aucune fondation ne reste dans l'ombre. C'est la réponse courte à la question. C'est pourquoi chaque fondation sera tôt ou tard contrainte de s'ouvrir. Chaque fondation doit expliquer clairement ce qu'elle défend. Se cacher derrière le but formulé de manière générale dans le registre du commerce n'a plus de sens. Trop d'aspirants envoient des demandes de soutien et provoquent une paperasserie inutile qu'aucune fondation ne veut assumer volontairement. Il vaut donc la peine de regarder vers l'Allemagne et de s'inspirer de la situation qui y règne. Il est devenu indispensable d'avoir un site web ou au moins une page Facebook. Chacun doit pouvoir voir immédiatement ce que fait une fondation, comment la contacter et qui est l'interlocuteur. Si l'on ne fait pas cela, les problèmes mentionnés ci-dessus apparaissent.

Conclusion des utilisateurs sur la base de données des fondations en Suisse après 3 ans

Le gain d'efficacité en termes de temps pour la recherche de fondations est bien sûr positif pour les utilisateurs de la base de données des fondations. En même temps, des doutes sont exprimés. Auparavant, seuls les conseillers et agences professionnels avaient accès à des données de qualité similaire. Aujourd'hui, celles-ci sont accessibles à tous. L'avantage des conseillers individuels s'amenuise dans la mesure où l'avantage en termes de connaissances disparaît, du moins dans le fichier d'adresses. Citation d'une utilisatrice dans le domaine de la collecte de fonds pour les fondations :

Auparavant, seul un cercle restreint de personnes adressait des demandes de soutien aux fondations. Depuis la mise en service de différentes plates-formes Internet, de nombreuses fondations sont submergées de demandes. Celles-ci n'arrivent même pas à répondre aux demandes et envisagent de liquider leurs fondations.

Comme décrit ci-dessus, il n'est plus d'actualité aujourd'hui (comme dans l'Allemagne mentionnée) de se laisser "submerger" par les demandes. Il faut donc des mesures de transparence sous forme de sites Internet, de personnes de contact, etc.

En même temps, il s'agit en premier lieu de données publiques du registre du commerce qui, selon le Tribunal administratif fédéral, peuvent être publiées sans limite de temps. En effet, selon l'argumentation du tribunal, l'intérêt public de la collectivité à accéder facilement aux données du registre du commerce prévaut. Cela confirme la nécessité d'une banque de données des fondations en Suisse, accessible à tout homme et à toute femme.